Sciences de la vie

Comment les vertébrés se déplacent sur terre.

Ce qu’il faut savoir avant de commencer :

Dans le milieu terrestre, les vertébrés se déplacent avec ou sans membres.

Les modes de déplacement peuvent varier d’un groupe de vertébrés à un autre.

Ce que l’on cherche à comprendre :

Quelles sont les raisons qui amènent un vertébré à se déplacer ?

Quels sont les modes de déplacement des vertébrés sur terre ? Quels sont les organes qui interviennent dans les mouvements de déplacement ?

 

1. Quelles sont les causes du déplacement des vertébrés sur terre ?

Les grandes antilopes vivent dans des troupeaux de 50 à 1000 individus. À la saison sèche, les troupeaux se déplacent pour rejoindre des pâturages plus humides ils effectuent une migration saisonnière de plusieurs dizaines de kilomètres.

Parfois menacées par des lions ou des guépards, les antilopes doivent fuir à grande vitesse. Mais la plupart du temps, elles marchent tranquillement à la recherche de touffes d’herbes savoureuses.

 

2. Comment se déplace l’antilope ?

Les étapes de la marche de l’antilope. Les antilopes marchent doucement tout en broutant l’herbe de la savane.

La course pour fuir. Parfois la course est entrecoupée de bonds puissants: certaines antilopes progressent de dix mètres en un seul bond. Pendant un instant l’animal ne prend plus du tout appui sur le sol : il est en suspension dans l’air.

 

  • Organisation des pattes

Les pattes de l’antilope sont terminées par des sabots. Le sabot est l’équivalent d’un ongle. Elle marche sur les bouts de ses doigts. La main et le pied sont très longs, aussi longs que l’avant-bras et la jambe.

 

3. Comment se déplace l’homme ?

À l’exception de quelques oiseaux coureurs comme l’autruche, l’homme adulte est le seul vertébré utilisant exclusivement ses deux membres postérieurs pour se déplacer ; on dit qu’il est bipède. L’homme qui prend appui sur le sol par la plante du pied est un plantigrade bien adapté à la marche.

 

4. Comment se déplace la grenouille ?

Quelques vitesses

(exprimées en km/h)

  • Lièvre 80
  • Gerboise 60
  • Lapin 56
  • Grenouille d’Afrique 3,9
  • Homme 8,9

 

5. Comment se déplace le lapin ?

Le lapin se déplace par bonds successifs. Chaque bond comporte cing phases:

  1. L’appui au cours duquel les pieds exercent une poussée contre le sol.
  2. La propulsion les membres postérieurs replies (on dit qu’ils sont fléchis) se détendent brusquement: c’est l’extension. Le corps de l’animal est propulsé vers l’avant.
  3. La suspension le lapin est alors dans l’air, sans appui sur le sol.
  4. La réception sur les mains (les membres antérieurs se replient avec souplesse), puis sur les pieds (les membres postérieurs sont envoyés vers l’avant).
  5. Lever des pattes antérieures pour préparer un autre bond Cet ensemble de cinq phases constitue une séquence qui se répète de nombreuses fois au cours du déplacement.

Quelle est la partie du corps qui prend appui sur le sol?

  • Organisation des pattes

L’organisation des pattes postérieures du lapin favorise le saut. Chacune est constituée de trois segments de longueurs voisines : la cuisse, la jambe et le pied. Le pied, terminé par quatre doigts, est vraiment très grand. II s’appuie entièrement sur le sol, de sorte qu’au repos, les pattes sont repliées en Z.

Quand les pattes postérieures se détendent brusquement, elles transmettent à tout le corps une poussée dirigée vers le haut et vers l’avant. Chaque segment articulé fonctionne comme un levier. La plante du pied est souple et élastique: elle amortit les chocs à la réception de chaque saut et donne un bon appui sur le sol. De courtes griffes au bout des doigts jouent le rôle de crampon : le pied s’accroche bien au sol.

Les muscles sont fixés au squelette par des tendons. Quand les muscles se contractent, ils se raccourcissent et entraînent ainsi le mouvement des différents os. On dit que les muscles ont un rôle moteur. Les mouvements ne s’effectuent pas au hasard, ils sont coordonnés. En effet, pendant que les fléchisseurs se contractent, les extenseurs sont relâchés : la patte est fléchie, repliée en Z. Inversement, quand les extenseurs se contractent, les fléchisseurs se relâchent la patte s’allonge. Extenseurs et fléchisseurs sont des muscles antagonistes.

 

6. Comment se déplace le serpent ?

Certains vertébrale n’ont pas de pattes. Pourtant, ils se déplacent aisément sur le sol. Comment s’y prennent-ils pour avancer ?

Le python ne peut guère se déplacer sur une surface parfaitement lisse. Par contre, il lui suffit de quelques aspérités pour progresser. En effet, ses grandes écailles ventrales constituent des points d’appui qui fonctionnent comme les chenilles d’un tracteur.

Les serpents peuvent utiliser quatre sortes de reptation: le déplacement rectiligne, la reptation sinueuse, la progression en «< accordéon »>, la reptation latérale.

Les lézards, qui sont aussi des reptiles, rampent quand ils se déplacent lentement: leur ventre touche le sol et les pattes placées sur les côtés ne soulèvent pas le corps. Quand se déplacent rapidement, les lézards courent mais ne rampent pas.

 

L’ESSENTIEL

• Les animaux se déplacent pour rechercher la nourriture, un partenaire sexuel, ou pour se défendre contre les prédateurs.

• Pour marcher ou courir, les animaux exercent une poussée sur le sol par deux ou quatre membres. Au cours de la marche, les mouvements des jambes sont coordonnés. Ils se font toujours dans le même ordre. Le membre se plie (flexion), se déplace puis se tend (extension) pour aller prendre appui sur le sol. L’animal est successivement en déséquilibre et en équilibre.

Les animaux qui se déplacent en sautant présentent des caractères communs :

– des membres postérieurs formés de 3 segments repliés en Z avant le saut;

-de longs pieds ayant à peu près la même longueur que la cuisse et les jambes;

-les muscles de la cuisse et de la jambe sont très développés.

Tous ces caractères expliquent l’adaptation de ces vertébrés au saut. Au cours du saut, les os des membres postérieurs jouent le rôle de levier actionné par les muscles (organes actifs du mouvement).

La reptation est un déplacement obtenu par de rapides mouvements d’ondulation du corps, le ventre traînant sur le sol. L’accrochage aux aspérités du sol est assuré soit par les écailles ventrales soit par les membres incapables de supporter le poids du corps.

Les animaux utilisant la reptation comme moyen de locomotion présentent des caractères communs : un corps allongé, une grande souplesse de la colonne vertébrale (qui permet aux serpents de s’enrouler sur eux-mêmes), la présence d’écailles sur la peau ou de griffes aux doigts pour s’accrocher aux aspérités du sol.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button